La gourmandise annonce une résignation volontaire aux ordres du créateur qui, nous ayant ordonné de manger pour vivre, nous y invite par l'appétit, nous soutient par la saveur, et nous récompense par le plaisir.
Abbé Migne (1848)